L’économie française est strictement dépendante de l’étranger

La mondialisation est un effet clair qu’on ne peut plus nier et ses effets sur l’économie ne sont pas négligeables. « On ne peut plus vivre indépendamment du monde extérieur et notre économie ne peut pas fonctionner sans les échanges avec l’étranger » explique l’expert en économie, Philippe Jeannerot. Quand on se réfère à quelques chiffres du commerce extérieur, on remarque bien que la France a instauré un modèle économique qui est trop lié par l’étranger, notamment dans le secteur privé où l’un tiers des emplois que crée ce secteur est en relation avec l’international.

Les exportations représentent 30% du PIB français

Les chiffres de l’économie française affichent un contraste très frappant. En effet, malgré le grand déficit de la balance commercial – 48 milliards d’euros juste pour l’année dernière – un grand pourcentage des transactions commerciales sont fortement liées à l’étranger. Elles sont en réalité près de 30000 entreprises françaises qui sont implantées à l’international et près de 20000 sociétés étrangères, représentant l’un tiers des exportations françaises, qui ont choisi l’Hexagone pour ouvrir leurs locaux. Dans un autre volet, ces entreprises emploient près de 1,85 million de salariés français selon les statistiques de l’Insee.

Au niveau des transactions commerciales, la France se positionne comme le sixième exportateur de marchandises au monde à travers ses quelque 124100 entreprises exportatrices qui vendent leur production à l’étranger pour un ensemble de 453 milliards d’euros. Au total, les exportations de la France (services inclus) représentent 30% du PIB national. Philippe Jeannerot trouve d’ailleurs qu’il s’agit d’une bonne moyenne étant donné que l’économie américaine par exemple – dite très ouverte sur l’étranger – ne réalise que 13% de son PIB grâce à ses exportations.

Près de 6 millions d’emplois liés à l’étranger

Le constat est clair : l’économie française ne peut pas faire sans ses relations avec l’étranger et les chiffres le montrent bien. En effet, ils sont entre 5 et 6 millions d’emplois qui sont strictement liés à des activités avec des entreprises étrangères implantées en France ou des activités exportatrices des entreprises locales. Ainsi, on constate qu’un tiers des emplois du secteur privé est lié à l’étranger.

Etant en étroite relation avec le monde extérieur, l’économie française se développe dans le bon sens en favorisant plus de possibilités de création d’emploi grâce à cette ouverture à la concurrence internationale.

Meilleures audiences de cette semaine

Nous vous révélons les tops 6 des meilleures audiences Tv de cette semaine. Entre politique, people, actualité, santé, nature, film et téléréalité, quelles émissions ont attiré le plus l’attention des téléspectateurs français cette semaine et quelles chaînes ont enregistré les plus hauts scores d’audience ?

Alice Nevers, le juge est une femme : 5 794 000 téléspectateurs

Au premier rang du classement des meilleures audiences télé de la semaine du 15 mai, on trouve la série télévisée française diffusée sur la chaîne TF1 depuis 1993 avec 5 794 000 téléspectateurs, soit 24.4% de la part d’audience.

On a retrouvé la 7e compagnie : 2 284 000 téléspectateurs

Loin de l’investigation de la police judiciaire, c’est la comédie qui se positionne cette semaine à la deuxième place au classement des meilleures audiences. Attirant 2 284 000 la comédie française, On a retrouvé la septième compagnie occupe près de 10% de la part d’audience totale.

L’émission politique : 2 091 000 téléspectateurs

Animée par une sélection des meilleurs animateurs en France, l’émission de télévision politique programmée deux fois par mois sur TF1, a su cette semaine attacher près de 2 091 000 téléspectateurs, soit 9,6% de la part d’audience. Avec ce score imbattable, l’émission de David Pujadas et Léa Salamé, se positionne à la troisième place au classement.

L’émission LCI Matin : 1 814 000 téléspectateurs

Animée par la journaliste et l’animatrice prospère, Audrey Crespo-Mara, cette émission matinale a eu une part d’audience considérable cette semaine avec 1 814 000 téléspectateurs, soit 8% de la part d’audience.

Invitant quotidiennement des personnes politiques, intellectuelles, scientifiques…et évoquant des sujets différents relatifs à tout ce qui touche à l’actualité, la présentatrice phare de LCI et l’épouse de Thierry Ardisson, Audrey Crespo-Mara, se positionne avec cette émission comme l’une des animatrices les plus réussies en France.

TPMP ! Radio Baba : 1 024 000 téléspectateurs

Impossible de parler d’audience sans citer le fameux, « Baba Noel » (Cyril Hanouna) et ses émissions phares de la télévision française.

Cette semaine, Cyril Hanouna se positionne sur l’échelle des plus hauts scores d’audience avec un nouveau concept sur le même plateau de « Touche pas à mon poste ! » où les invités n’avaient qu’un seul objectif : battre « Baba » lors d’épreuves plus insolites les unes que les autres.

Time Out : 885 000 téléspectateurs

Diffusé jeudi dernier sur la 4, ce film légendaire de Justin Timberlake et Amanda Seyfried a apparemment intérssé un bon nombre de téléspectateurs français.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout savoir sur Tati : entre histoire et réalité

Fondée en 1948, par un jeune juif tunisien originaire de la Goulette Jules Ouaki et nommé Tati en référence au surnom de sa mère Tita, le pionnier du textile en France, a connu son heure de gloire. Jules Ouaki, a commencé avec un magasin de 50 m2, dans le quartier de Barbés, premier magasin en France de vente libre en vrac dans des bacs avec un prix très bas, ainsi, il a su concurrencer toutes les autres boutiques du textile.

Son heure de gloire

Avec son logo en vichy rose et blanc et son slogan « Tati les plus bas prix », personne n’a pu résister à ses modiques prix. Entre dans les années 70 et 80 Tati s’est développé, et a ouvert plusieurs boutiques en France (Nancy, Rouen, Lille, Marseille et Lyon) et 5 autres dans les DOM TOM.

Début des années 90, Tati se diversifie et ne vend plus que du textile, mais se spécialise aussi, en joaillerie en créant « Tati Or », en article de mariage (robes, accessoires et décorations) en créant « Tati Mariage », voir même l’organisation des voyages à bas prix en créant « Tati voyage » mais aussi Tati Optic et Tati Phone. Sans oublier la collection de prêt-à-porter, « la rue est à nous » créée en collaboration avec Azzedine Alaïa qui a été délaissée au bout de deux ans.

Vers 1994, l’enseigne s’implante à l’étranger : en Europe, en Afrique du Sud, et part à la conquête des Etats-Unis en créant un magasin de robes de mariées sur la Cinquième Avenue à New York, qui forme 20 % du chiffre d’affaires de Tati.

Le commencement du déclin

Avec l’émergence de nouvelle enseigne comme le géant espagnol du textile Inditex essentiellement les marques Zara et Mango, ainsi que l’enseigne suédois H&M, qui ont conquis le marché du textile en France, Tati s’est trouvé délaissé pour des marques plus tendance.

Tati, a commencé sa descente vers l’enfer. En effet, en août 2003, la société Tati SA est en cessation de paiement s’est retrouvé à la vente au plus offrant. Reprise en 2004, par le groupe Eram, qui a relancé le développement de l’enseigne en se focalisant plus sur le prêt-à-porter. Ainsi que l’ouverture de plus d’une quinzaine de magasins en France, ainsi qu’en pays du Maghreb (Tunis, Casablanca et Alger), les bacs à fouille ont laissé place à une présentation en rayonnage pour être comme ses concurrents, dans la tendance.

Mais la situation un peu floue de l’enseigne entre mode, tendance et l’entrée de gamme Tati a perdu ses clientèles. Avec 140 magasins et près de 1754 salariés et plus de 60 millions d’euros de perte en 2016, l’enseigne depuis le 4 mai 2017 est en redressement judiciaire. En effet, le tribunal de commerce a désigné deux administrateurs judiciaires Laurent Le Guernevé et Philippe Jeannerot en charge de trouver les solutions idéales pour sauver le géant du textile français.

Quel avenir pour Tati

Le 29 mai prochain, le tribunal étudiera les offres de reprise proposées, et l’administrateur judiciaire Philippe Jeannerot, se prononcera sur la viabilité de chacune d’entre elles. D’ici là, les acheteurs seront incités à améliorer leur proposition, en élevant le nombre de salariés qui vont être gardés, mais aussi en augmentant le prix proposé.

 

Top 5 des plus belles animatrices TV du moment 

Leurs passages à l’antenne des chaînes françaises les mieux réputées a été tant attendu par les adeptes de la beauté et ceux qui sont tombés sous leurs le charme et leur attirance.

Nous vous ferons part de la liste des plus belles et talentueuses journalistes et animatrices françaises qui ont animé à un moment ou un autre les plateaux des émissions télévisées.

Le joker de Claire Chazal aux journaux des week-ends de TF1

Impossible de rester indifférent devant la beauté, le charme et le si beau sourire de l’animatrice et la journaliste phare de LCI, celle qui a rendu la jeunesse à Thierry Ardisson et qui a volé son cœur.

Son passage au journal de 20h est un moment rêvé pour ses fans et un rendez-vous à ne pas manquer par ceux qui adorent sa présentation et son discours souple et léger.

La charmante présentatrice de TF1 se positionne parmi les plus belles animatrices TV en France.

Ophelie Meunier, la simplicité et la beauté d’une animatrice aux divers talents

Brune aux yeux bleus et au charme unique, la chroniqueuse du « Petit Journal » est à la base un mannequin travaillant pour différentes marques de renommée internationale. Ophélie est passée animatrice du Tube pour le plus grand plaisir des téléspectateurs. Sa beauté et son charme a fait d’Ophelie une des journalistes prospères en France.

Sidonie Bonnec, quand la beauté s’associe à la passion

Elégante, sexy et très attirante, l’animatrice des Maternelles et la présentatrice du magazine Enquêtes criminelles a su dès ses premières sorties attirer l’attention du grand public par son charme et son charisme.

Pétillante et talentueuse, la chroniqueuse de l’émission « Tout le monde a son mot à dire », est une des animatrices qu’on aime le plus voir à la télé d’après un récent sondage.

Karine Lemarchand, l’animatrice phare de M6 fait craquer plus d’un agriculteur

Faisant la pluie et le beau temps en animant des émissions culturelles ou divertissantes, cette métisse au corps de rêve a été durant des années l’animatrice de la télévision française séduisant le plus de téléspectateurs.

Marie Drucker animatrice de télévision et de radio, Marie Drucker est tout simplement magnifique

Que ce soit avec les cheveux courts ou longs, Marie Drucker, l’animatrice et la journaliste d’Europe 1 est toujours sublime.

Faisant des preuves sur diverses chaînes de télévision et sur de nombreuses radios, cette radieuse animatrice n’a jamais eu peur d’afficher son côté sexy et sa beauté unique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Où manger, bon et bio en France ?

L’alimentation biologique est un nouveau concept né dans les années 2000 et qui ne cesse d’attirer les gourmands et les gourmets en France en quête de repas de bonne qualité.

Face à la demande des consommateurs attirés par le bon goût et par la qualité irréprochable de l’alimentation biologique, des nombreux restaurants bio ouvrent leurs portes en France.

Référence de la nourriture saine dans le monde et pionnier du bio, le groupe Elior dirigé par l’ex conseiller auprès du ministre des PME, est la première filiale intéressée par ce secteur.

« Les consommateurs français ont de plus en plus envie de manger du bio et d’opter pour les aliments sains issus de l’agriculture biologique. Face à l’offre qui développe abondamment en supermarchés et magasins spécialisés, nous nous sommes mis à l’alimentation bio dans le but de satisfaire au mieux nos convives » Explique, le responsable du développement et des affaires publiques du groupe Elior.

 

Combien y a-t-il de restaurants bio en France ?

La France compte à peu près 170 milles restaurant dont 1/3 en restauration rapide. Parmi ces restaurants ¼ a introduit quelques mets bio à sa carte (vins, viandes, légumes, fruit, dessert…).

Parcourez la liste ci-dessous et faites-vous une idée de quelques bonnes adresses en France proposant du bio.

1.       Ferme Auberge bio LA FRAMBOISE

Implanté sur la Route de Paramiral-Faugeres au Burzet, La Framboise est une ferme Auberge Bio proposant uniquement des produits locaux et issus d’une agriculture biologique.

Profitant d’un cadre agréable avec vu sur jardin sur le sommet de la montagne, cette auberge est une véritable invitation à la détente et au plaisir culinaire.

Reconnu par ses délicieuses recettes et par son emplacement privilégié, ce restaurant est N°1 sur 4 restaurant à Burzet.

2.       Restaurant bio la coccinelle (ex l’atelier bio)

Pour ceux qui sont à la recherche d’un endroit calme et cosy et proposant des repas bio, Restaurant bio la coccinelle est la meilleure adresse.

Situé au cœur de St Martin de Ré entre La Flotte et L’île de Ré, ex l’atelier bio est un restaurant typique à l’accueil convivial et la décoration magnifique.

Pour les amoureux de la cuisine traditionnelle revisitée et inventive et les adeptes des saveurs uniques, ce restaurant unique met à la disposition de ses convives une carte riche et variée composée de délicieux plats concoctés uniquement avec des produits bio et frais.

 

3.       Le Comptoir de Magellan

C’est au cœur de Bordeaux que le ce restaurant gastronomique ouvre ses portes pour accueillir les gourmands et les petits gourmets afin de leur proposer une variété de mets de grande qualité.

En franchissant les portes du Comptoir de Magellan, une savoureuse odeur vous émerveillera et une décoration raffinée vous éblouira.

Une véritable caverne d’Ali Baba, ce restaurant bistronomique propose une palette de recettes élaborées avec des produits du terroir et issus de l’agriculture biologique.

 

4.       Le Bistrot de L’Ile

Niché au cœur de Nantes au 17 rue la Tour d’Auvergne, ce bistrot à la décoration chaleureuse reçoit tous les jours matin et soir les convives en quête des bonnes recettes une carte riche et diversifiée composée uniquement des ingrédients biologiques et locaux.

5.       Bio d’Adam et Eve

Bio d’Adam et Eve est une promesse pour les amoureux des plats généreux et de qualité. Que vous soyez seul, en couple, entre amis ou en famille, ce petit coin de bonheur saura vous suggérer le repas qui émerveillera vos papilles et vos yeux.

Né d’une volonté de servir à ses convives des recettes saines élaborées avec des produits bio, ce restaurant est une référence de la cuisine biologique à Paris.

 

Développement durable et transformation énergétique au cœur des intérêts de la COP22

C’est parti pour une dizaine de jours du 7 au 18 novembre, acteurs économiques, politiques mais aussi du monde associatif sont réunis à Marrakech pour la COP22.

La conférence signée l’an dernier à Paris pour limiter le réchauffement climatique et qui estime mettre fin à ce cauchemar nuisible dont bien des scientifiques nous préviennent depuis longtemps est sur le point de se concrétiser.

Financement, infrastructures, transfert de technologie… les enjeux pour l’Afrique sont très importants, c’est le continent qui subit le plus ce changement climatique sans en être responsable.

 

Qu’est-ce qu’une COP ?

La COP22 est la 22e Conférence des parties (en anglais « Conference of the Parties », COP) à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC, ou UNFCCC en anglais).

Portant le thème de la protection de la planète et de la préservation des ressources naturelles, la COP22 propose un cadre global de négociations sur le climat et les solutions les plus efficaces pouvant réduire les consommations énergétiques, limiter le gaspillage des ressources naturelles et les projets verts qui peuvent être mis en place.

 

Comment la conférence de Marrakech s’organise-t-elle ?

 

30.000 personnes sont attendues ces 15 prochains jours à Marrakech qui est devenue la capitale mondiale du climat à l’occasion de la COP22.

La ville marocaine surnommée la Ville rouge, s’est totalement métamorphosée avec des installations de pointe qui ont été mises en place pour réduire la consommation des énergies, des panneaux photovoltaïques, des ampoules LED ou encore des bus électriques, le Maroc a véritablement voulu montrer qu’une ville d’un pays en voie de développement est à même de s’équiper des dernières technologies pour minimiser sa consommation énergétique. En outre, c’est la volonté du Maroc de mettre l’Afrique au cœur des négociations de cette COP22.

Quels sont les principaux enjeux de la COP22 ?

Le Directeur du secrétariat particulier du Roi du Royaume marocain nous explique l’importance de ce projet et les atouts du Maroc dans le domaine des énergies vertes.

« L’Afrique est le continent qui est le plus interpelé par l’engagement dans un développement durable. En effet, le développement durable nécessite un investissement et une infrastructure solide que le Maroc a mis en place depuis des années. Les projets qui ont été déjà développés doivent trouver à côté du financement de l’expertise et de l’accompagnement technologique et sur ces deux points là qu’on a travaillé le plus. » Affirme l’homme d’affaires de renom et le conseiller du Roi Mohammed VI.

 

Le futur de la distribution du marché de l’optique et de l’audioprothèse

Face à la guerre des prix qui règne sur le secteur de l’optique en France et l’entré de nouvelles marques dans le marché pour concurrencer avec ses leaders comme Optical Center, une étude globale a été menée auprès des professionnels du secteur (site de vente en ligne, dirigeants de grandes enseignes, réseaux d’officine, etc) pour comprendre les nouveaux modèles de distribution sur les marchés de l’optique et de l’audioprothèse, deux segments interdépendants.

L’accès aux soins et les réseaux de distribution

L’accès aux soins est devenu une véritable aubaine pour les français à cause des pratiques tarifaires des professionnels de santé. Dans cette problématique, le débat reste d’actualité entre l’assurance maladie et les complémentaires santés pour trouver de nouveaux mécanismes de financement. Cependant, le marché de l’optique et de l’audioprothèse sont également concernés par ce sujet puisqu’ils se retrouvent au milieu des débats au tour de l’accès aux soins et les tarifs proposés.

En panne d’innovation en matière de commercialisation, les opticiens essayent de trouver des solutions pour contourner la pression croissante sur les prix et confronter l’entré de nouveaux concurrents sur leur marché. Il s’agit des sites de vente en ligne, de pharmaciens d’officine, des discounters et plusieurs nouveaux entrants qui menacent les plus anciens. Ainsi, les grandes marques comme, Afflelou et Gadol ont changé leur démarche en se projetant sur le marché de l’audioprothèse à qui on prévoit une grande croissance dans les prochaines années, malgré sa taille modeste.

Le digital pour prôner l’innovation produit

Que ce soit pour l’audioprothèse ou l’optique, la croissance de ces deux marchés passe essentiellement par leur capacité à innover. Il s’agit des efforts qui devraient être fourni par les fabricants et les détaillants pour améliorer les caractéristiques techniques de leurs produits, améliorer leurs méthodes de communication, moderniser leurs espaces de vente et identifier des réseaux plus courts pour la distribution.

Actuellement, les opticiens ont incarné le digital dans leurs procédures de vente avec la digitalisation des magasins, mais les résultats ne sont pas encore exceptionnels. En revanche, les nouvelles pépites du e-commerce travaillent désormais sur la mise en place de canaux de distribution plus courts et fluides. Ces derniers sont considérés comme les plus innovants du marché en termes de relation avec le client.

 

L’efficacité de l’électrochoc contre la dépression

Quand une personne tombe en situation de dépression, la correction devient une nécessité quel que soit le type de traitement envisagé. Les groupes de l’industrie pharmaceutique réalisent plusieurs recherches dans le but d’identifier les meilleurs remèdes contre cette pathologie. Le PDG d’Acteon, connait bien ce domaine étant son expérience dans des laboratoires comme Pfizer, Merck et Lundbeck. D’ailleurs, elle mettait tout son savoir-faire au service de l’innovation afin d’apporter des solutions de meilleure qualité pour soulager la peine des personnes en dépression.

Et si les médicaments, en l’occurrence les antidépresseurs, sont la solution toujours recommandée dans ces situations, le traitement par électrochocs s’avère aussi bénéfique dans certaines conditions.

Quels types d’antidépresseurs prendre ?

Il y a plusieurs catégories d’antidépresseurs à prescrire pour contrer une dépression. On identifie déjà les antidépresseurs tricycliques, les inhibiteurs de monoamine-oxydase, les IMAO et les inhibiteurs spécifiques. Ces derniers sont utilisés pour la recapture de sérotonine. Une fois que le patient prend ces médicaments, il aurait besoin d’un minimum de dix jours pour observer leurs effets. Au cas contraire, son médecin lui augmente la dose ou lui change le type d’antidépresseurs.

Quand une personne tombe en dépression, il souffrira de plusieurs déséquilibres biochimiques. Le traitement par antidépresseurs vient alors lui augmenter les apports de neurotransmetteurs au niveau de son cerveau. La durée moyenne d’un traitement complet est de quatre mois à dose pleine. Cependant, le psychiatre peut ajouter deux mois supplémentaires selon son appréciation de la situation. Dans cette période, les doses devront avoir un rythme dégressif.

Les électrochocs et la dépression

Principalement recommandée pour les cas de dépressions sévères, la thérapie par électrochocs est un traitement pas douloureux qui garantit de très bons résultats, malgré sa réputation inquiétante. Les médecins utilisent cette méthode aussi dans le cas où le patient affiche des contre-indications aux antidépresseurs.

Du côté de l’efficacité, les électrochocs assurent une réponse beaucoup plus rapide que toutes les autres méthodes. Cependant et compte tenu de leurs effets secondaires, le médecin devrait faire le bilan de la situation avant d’utiliser les électrochocs. Parmi ses effets, on note l’apparition de troubles comme des confusions ou de légères amnésies.

Avec les avancées scientifiques réalisées dans la médecine, on arrive maintenant à traiter 90% des cas de dépressions grâce à ces traitements. Cependant, le soutien par thérapie psychanalytique est recommandé afin de bien entourer le patient lors de cette période critique.

 

Les cost-killers : indispensables à votre activité ?

L’instabilité des marchés, a engendré l’évolution de l’activité des Cost-killers qui traquent les dépenses inutiles des entreprises, pour assurer leurs performances sur le long terme. Qui sont ces Cost-killers ? Sont-t-ils indispensables à votre activité

Comment définir le Cost Killing ?

 

Le cost Killing est une pratique qui vise à traquer les coûts et optimiser la politique budgétaire de l’entreprise. Il s’agit d’un booster de la compétitivité de l’entreprise, qui lui permet de maintenir ses parts de marchés. Le cost Killing concerne également la minimisation de la consommation de l’énergie, les dépenses en recherche et développement, l’automatisation des paiements, la renégociation des contrats et des abonnements.

Des cabinets spécialisés, ont émergé suite à l’instabilité de l’environnement économique. Ils proposent un service complet et diversifié qui analyse chaque coût pour dégager les leviers de croissance. Le cabinet fondé par Thierry Weinberg, Double V conseil met à la disposition de ses clients, une équipe d’experts qui ont une connaissance approfondie sur les conditions du marché.

Le cost Killing, consiste également à chasser les gaspillages pour améliorer la rentabilité et la profitabilité de l’entreprise, cette dernière fixe un cahier de charges qui permet aux experts de piloter la gestion des différents coûts et frais généraux.

L’utilité pour votre activité

Les cost-killers vous accompagnent pour réduire les dépenses superflues, ils peuvent assurer une économie de 15% à 30% des budgets. Souvent, le travail des cost-killer est associé au licenciement des salariés, mais leur intervention agit sur toutes les composantes de votre activité.

Armés d’une grande expertise et de savoir-faire, ces cabinets permettent à assurer la survie de l’entreprise, face aux crises économiques et financières. Pour réaliser des économies substantielles, ces « tueurs de coût », évaluent et renégocient les contrats de télécommunication, de prestation internet, assurances, fourniture bureautique et autres et ils proposent à leurs clients un éventail de solutions, qui va avec le cahier de charge et les valeurs de l’entreprise.

« Depuis cette mise en concurrence, nous avons constaté une amélioration du niveau de service de notre ancien transporteur. Nous sommes donc deux fois gagnants. », constate Dominique Moraud, directeur général de Sopreba, après le recours de sa société à un spécialiste.

En plus des cabinets d’optimisation des coûts, les PDG, peuvent développer en interne leur département achat pour suivre une politique d’optimisation de coûts efficace. En générant des études ponctuelles sur l’évolution des conditions du marché, ce département est chargé d’agir pour réduire drastiquement le gaspillage. « La maîtrise des coûts est l’un des piliers de notre culture d’entreprise. Chaque salarié est responsable de ses dépenses. », explique Bertrand Fredenucci, le président de Baobaz.

La rémunération des cabinets de Cost killing

Les cost-killers proposent plusieurs systèmes de rémunération. Les dirigeant peuvent choisir de payer des honoraires fixes et prédéfinis selon un forfait, de payer au résultat en donnant 20 à 50 % des économies réalisées, ou encore un mélange de ces deux modalités

« Il est rare de ne pas optimiser les dépenses d’une entreprise. Mais pour éviter une mauvaise surprise, mais surtout pour travailler en totale confiance avec nos clients, nous ne nous rémunérons qu’en fonction des économies que nous faisons faire à nos clients. Plus ils gagnent, plus nous gagnons, c’est une stratégie gagnant-gagnant, cela favorise la relation commerciale. » a indiqué le maître en l’art du cost Killing, Thierry Weinberg.